le-web15

Retour sur Le Web 2014 : 14 faits qui définissent la social vidéo

Du 9 au 11 décembre 2014 s’est tenue la conférence LeWeb, organisée par Géraldine et Loïc Le Meur.
Lucienne Snadli, étudiante en 5ème année Communication et création numérique à l’ISCOM Paris a assisté à l’évènement.

Le Web, qu’est-ce que c’est ? 

Une conférence internationale de l’innovation numérique où visionnaires, startups, entreprises technologiques, marques et médias convergent pour explorer les plus grandes tendances d’aujourd’hui et définir le futur du numérique au service du business.
C’est aussi 3 bâtiments comprenant une scène principales et des salles de Workshops pour 3 jours denses de conférences. Autant dire que l’app LeWeb est assez utile afin de planifier les conférences auxquelles on veut assister.
Les thématiques abordées cette année étaient axées autour de la transformation digitale : Google, Orange, la sharing economy, les drones, la santé, les objets connectés… Autant de secteurs d’activités que d’entreprises, que de technologies et de tendances. 

Focus sur la  social vidéo

Je vais m’attarder particulièrement sur le talk de Sarah Wodd  COO d’Unruly, une entreprise spécialisée dans les campagnes de vidéos sociales.
En effet, les publicités qui fonctionnent à la télévision ne fonctionnent pas sur internet et encore moins sur les réseaux sociaux. Sarah Wood nous donne quelques faits qui définissent la social vidéo d’aujourd’hui.

1/ 17,9% de la population globale sont des “super sharers” (super partageurs)
Un super sharer est une personne qui partage du contenu vidéo au moins une fois par semaine. Alors que 38%  des personnes ne partagent pas de vidéos, les super-sharers dirigent ce qui se partage et sont au coeur du viral : une aubaine pour les marques qui recherchent du bouche à oreille.

2/ 20% des “super sharers” partagent 80% de contenus
En détail : 17,9% de “super sharers” représentent 81,9% des partages. 

3/ Le choc du contenu
Le partage de contenu augmente de manière exponentielle : il double même d’année en année. C’est un amas de données, une avalanche de contenus partagés.
Eldar Shafir
parle de la limite de la bande passante psychologique (mentale) : “The limited mental Bandwidth”.  Il y a tellement de contenu créé que les marques peuvent se retrouver dans une position difficile : elles sont en compétition avec le contenu partagé par la famille et les amis dans le Newsfeed (Social Feed).

4/ Les partages augmentent alors que le taux de partage baisse
Les partages de contenus de marque et d’UGC (user generated content, c’est à dire contenus générés par les utilisateurs) augmentent, pourtant leur taux baisse.
Sarah Wood explique que le contenu peut être de moins bonne qualité ou n’a pas vocation à être sur le digital, comme les spots TV exportés sur le web. 

5/ Les vidéos publicitaires surfent sur l’émotionnel
L’émotion est le nerf de la guerre ! Les vidéos qui ont trait à l’émotionnel sont d’autant plus appréciées par le grand public. 

6/ Exaltation et euphorie : la recette des contenus les plus partagés.
L’humour vient en seconde position.

7/  Activia & Shakira “la la la”est la publicité la plus partagée !
Avec 5,6 millions de partages et 378,4 millions de vues #worldcup
YouTube Preview Image

8/ Trackvertising Boom
Le Trackvertising, c’est la combinaison de musique et de publicité. Les marques s’associent à des groupes, des musiciens et des chanteurs.
En effet, les vidéos musicales sont plus partagées que tout autre type de vidéo : leur taux moyen est 7 fois plus élevé que tout autre partage vidéo. 

9/ Celebs bombed at the Super Bowl
Aucun chiffre et aucune étude ne fait de corrélation entre la présence de célébrités dans les vidéos et le partage. Les internautes préfèrent regarder des vidéos de personnes ordinaires faire des choses extraordinaires, plutôt que d’y voir des célébrités.
Chrysler en a fait l’expérience avec sa campagne avec Bob Dylan : peu de partage de la publicité et peu de reconnaissance de la marque.  7% des personnes interrogées savaient qu’il s’agissait d’une publicité pour Chrysler, 4% pensaient que c’était une publicité pour Ford, 12% pensaient que c’était une campagne pour la ville de Detroit.
YouTube Preview Image

10/ FemPowerment ads made headlines
Plus de pouvoir aux femmes ! Les  marques écoutent prennent en considération leur audience et reflètent leurs attentes et besoins.
La publicité
Like a girl” d’Always est dans cet esprit.
YouTube Preview Image

11/ Happiness trumped humour
D’une manière globale, l’humour a moins séduit en 2014… malgré son succès aux USA et Royaume-Uni.
Il s’agit peut-être d’un rapport de cause à effet avec le clip Happy de Pharell.

12/ Cultural differences counted
Il y a deux domaines qui poussent les gens à partager
1 – Social motivation. L’intensité de la connexion émotionnelle avec une réponse physiologique : pleurs, joie, rires…

2 – Social utility. Une personne qui a quelque chose à dire à une communauté.
Ces deux motivations varient en fonction de la démographie et de l’endroit du globe où l’on se trouve. En Asie du Sud-Est, les internautes partagent par social motivation alors qu’au Royaume-Uni ils partagent par social utility. 

13/ Americans shares least, South Koreans fastest
Là aussi, les populations ont des manières de partager différentes. Le Royaume-Uni a le plus grand taux de partage, les allemands restent plus longtemps sur le contenu, les Coréens du sud quant à eux diffusent le plus rapidement sur les réseaux sociaux. 

14/ The speed of sharing doubled
En 2013, 25% des partages étaient réalisés les 3 premiers jour. Ce chiffre a pratiquement doublé en 2014 : 42% des partages effectués les 3 premiers jours.
Les nouvelles technologies ont un impact sur le marketing et la publicité en termes de consommation, d’interaction et d’engagement.
Sur mobile, le contenu vidéo est partagé rapidement dans les premiers jours de sa sortie.
En résumé : pour avoir un succès opérationnel, il faut s’assurer que la vidéo soit partagée dans les 3 premiers jours qui suivent son lancement.
Pour maximiser la viralité, il faut cibler les super sharers : grâce à eux, la vidéo sera virale sur les différents territoire  et touchera la population.

  • Pour voir le talk de Sarah Wood c’est ici
  • Le Web a une chaine Youtube où de nombreuses conférences sont disponibles, celles de 2014, mais également des années précédentes.
  • Vous pouvez trouver sur le compte Slideshare Le Web quelques présentations de certains speakers.

    LUCIENNE-snadli

 

 

Lucienne Snadli, étudiante en 5ème année Communication et création numérique à l’ISCOM Paris

 



 

 

Leave a Comment