digital

5 idées reçues sur la communication digitale

Les métiers de la communication se digitalisent et avec eux, la communication des entreprises. Pourtant, certains ont encore quelques idées reçues sur le digital !

# La communication digitale ? Mais c’est pour les geeks !

Fini l’image du geek devant son écran, connecté à longueur de journée et parfois… déconnecté de la réalité.

Une variété de profils pour une diversité de projets.

Si chacun revendique une sensibilité aux nouveaux médias et aux technologies, différents parcours se croisent.
Création de contenus
Les littéraires apprécient la rédaction web et le community management et se tournent vers la production de contenus éditoriaux.
Les plus créatifs se distinguent dans le webdesign ou la création de campagnes publicitaires en ligne.

Influence et gestion de réputation
Ceux qui apprécient davantage les relations qu’une marque entretient avec ses publics s’orientent sur les métiers d’influence digitale et d’e-réputation, où un travail de veille et de dialogue en ligne est indispensable.

Marketing digital
Les profils marketing sont intéressés par l’e-commerce, l’achat d’espace en ligne ou l’optimisation de la présence d’une marque dans les moteurs de recherche. D’autres, à l’affût des tendances digitales, se dirigent sur le digital planning.
Enfin certains, passionnés par les comportements en ligne, s’attachent à décrypter les usages des internautes et optent pour le trafic management.

# C’est plutôt des métiers de garçons, non ?

En 1ère année Communication et stratégie digitale à l’ISCOM, 50%  des étudiants sont des… étudiantes. La diversité des métiers du digital séduit autant les hommes que les femmes. Aujourd’hui, la toile fourmille de réseaux dédiés aux femmes qui travaillent dans le web, comme Girlz in Web ou Cyberelles.
Et parallèlement, le 8 mars 2013, la Journée de la Femme Digitale sera consacrée aux femmes qui se sont lancées dans l’entrepreneuriat grâce au digital.

# On passe sa journée tout seul derrière son écran !

La communication digitale nécessite la mise en commun d’énergies et de compétences multiples. Car il faut aussi associer prise de recul et réactivité pour :
- réfléchir aux contenus les plus pertinents à proposer sur des plateformes web,
- aux stratégies pour valoriser des services et produits en ligne,
- aux différents moyens pour gérer une crise et dialoguer avec ses publics.
Et surtout, être à l’écoute de clients, toujours plus exigeants.
D’ailleurs, du virtuel au réel il n’y a qu’un pas. Les marques multiplient les événements réels pour leurs publics en ligne et la communauté Twitter se retrouve lors de Tweet-Apéros, qui permettent de connecter les communautés. On passe alors de l’URL à  l’IRL (in real life).

#  Il faut parler le HTML !

Même sans code, il est possible de franchir la porte du digital.
Avec les réseaux sociaux, le langage s’universalise [et c’est tout un symbole ] @ | # :   on follow“,  “hashtag“, like,  “poke“,  “Pin it“, googlelise”,  “tumblerise“,  “embed“,  “tweet“, “share“… ET on commente aussi beaucoup.

 

# Les outils numériques, ça a l’air très technique

Certes, certains métiers du digital, comme intégrateur, webmaster, développeur nécessitent des compétences techniques.
Toutefois, les digital natives ont une approche intuitive des technologies et les outils du numérique permettent d’exprimer plus librement sa créativité : logiciel de retouche d’image,  montage vidéo à l’aide d’applications mobiles puis mise en ligne de contenus sur des blogs : la création devient simplifiée et accélérée.  Concevoir un site, développer des applications, produire du contenu vidéo, ça s’apprend :  c’est aussi l’enjeu de la formation Communication et Stratégie digitale. Aujourd’hui,  plus que la technique, c’est la tactique qui prime. Les marques réfléchissent à leur présence en ligne, vont directement à la rencontre de leurs consommateurs, s’adaptent à leurs attentes et à leurs comportements. C’est la capacité à comprendre un monde en mouvement qui fait la différence.

Bref, travailler dans le digital, c’est miser sur sa curiosité et son ouverture d’esprit, être sensible à son environnement, concevoir des contenus créatifs, imaginer de nouveaux usages…



Leave a Comment